Connectez-vous S'inscrire
L'Organe Magazine
Old NICK
Alain BITEMAN
Lancelot DTC
Alejer D'ALGER
Akamarto AKAMARTO
Jean COIFFET



Entrez votre email pour recevoir les infos supra confidentielles de l'Organe et briller dans les dîners en ville :

Derniers fights sur les com's

TOPFESSES - Je montre mes fesses !

TOPSEINS - Je montre mes seins !

EDITOS AU KARCHER

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE

Quand un Grand Reporter de la rédac est prêt à devenir borgne pour noyauter un des pires hôpitaux de France… Jusqu’où va se nicher le professionnalisme ! Toi qui dois te faire opérer en urgence des yeux, si tu peux, évite les 15/20, jette-toi dans la Seine, fous-toi une boule dans la tête, ou prépare-toi à souffrir.



MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Ouch, un disque noir sur l’œil gauche, que s’passe-t-il ? Je vais en urgence chez un ophtalmo (40 jours de délai). Oh god, décollement rétinien, vite aux Urgences à l’hôpital des 15/20, me dit le doc. On va vous opérer en urgence, dans la journée. OK j’y vais. Avec une lettre de recommandation au prof N, spécialiste de la chose. On arrive 28 rue de Charenton, en bagnole avec ma femme. Galère pour se garer, je descends, je rentre dans le bâtiment pour les yeux. Oh putain, le choc visuel. Des dizaines de SDF dans le hall. Non, c’est pas des SDF, c’est des patients, pauvres visiblement.

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Après avoir attendu 20 minutes à l’accueil, je me renseigne aux Caisses, on dirait un PMU à la Bukowski, et non mon vieux c’est pas là c’est la porte, là, les Urgences. Ah, merci. Mais y a personne à l’Accueil ? Non. Bon. Je pousse la porte à doubles battants et là, second choc visuel. Après ça, j’arrêterai de les compter. Deux choses remarquables : 35 personnes assises ou debout, dans la semi pénombre, et le panneau électronique qui indique « 4 heures d’attente ».

Heureusement, j’ai ma lettre coupe-file. Vais-je attendre 4 heures ? Non, me répond une dame assise, qui apparemment n’a pas grand chose. Je dois faire la queue à l’infirmière, là. Très bien, je suis troisième. Aussitôt, une petite bonne femme me passe devant, l’air de rien. Hé, maman, tu vas où, là ? Ach, moi loumaine. Eh ben tu passes derrière, Timisoara. Putain ça commence bien. Une chinetoque bloque pendant 30 minutes l’infirmière de la Sélection (désolé, y a pas d’autre mot), pour finir par se faire jeter. Ni papiers ni Carte Vitale ? Moi je suis blindé, j’ai la lettre de l’ophtalmo, la Carte Vitale flambant neuve avec photo, et la carte de la Mutuelle.
Avec ces trois crucifix je défonce tous ces rapaces!

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Mon tour vient. L’endroit est sale, surpeuplé, déprimant. L’infirmière, assise, semble blindée. Ma lettre la réveille, c’est une urgence réelle aux Urgences. Je lui demande si tout le monde mérite les Urgences. Que j’ai l’impression que y en a qui ont « un cil dans l’œil ».
Elle confirme : « Il y en a qui disent hier j’avais mal à l’œil mais aujourd’hui ça va mieux. »
Après 5 heures d’attente. Imaginez. La solitude, la pauvreté. Des vieux, des étrangers. La cour des miracles, où y en a jamais, vous noterez.

Après le premier sas, je me vois assis dans une pièce, pardon, un vestibule transformé en salle d’attente. Trois mètres sur un, et 5 sièges, genre banc de théâtre récupéré. On est 4, on a battu les pauvres vieux étrangers. On s’extrait de la misère humaine, le moral remonte. Parce que faut vous dire que le moral, quand tu vois le tableau, s’effondre. Le troupeau des malades, abattus, abrutis, miséreux, fait mal au ventre. On est bien au XXIème siècle ? Vous confirmez ? Ah bon, j’aurais plutôt dit le 19ème. J’attends, 10, 20, 30 minutes. Mais grâce à mon dossier en béton (un œil quasi foutu), je passe devant tout le monde.
Victoire !

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Une infirmière brune et son élève-infirmier rigolard, me prennent en charge. Ils me rassurent, j’aime pas ça, ça sent la Mort. Je suis dans une salle d’infirmerie pour moi tout seul. J’ai largué la foule, on s’occupe de moi, génial. L’élève-infirmier importé du Maghreb tente une prise de sang réglementaire. Une fois, merde, la veine pète, vous avez des veines fragiles, m’apprend-il. Deuxième veine paf. Troisième. Quatre. J’ai les bras bleus. L’infirmière me sauve la vie en me piquant… deux fois, dans les mains. Ouf, le sang jaillit. Sauvé. On va pouvoir me faire le test biochimique. L’étudiant en piquouze s’excuse, après avoir accusé mes veines. Je lui dis que c’est pas grave, il peut me piquer dans l’œil, si il veut. Il rit jaune. Brave gars, va.

Un Antillais genre défoncé à la ganja passe et repasse dans le local. J’apprends que c’est lui qui va m’amener à la chambre. On dirait un fou. Mais gentil. Il ne le fait pas. L’infirmière est obligée de le booster un peu et finalement, il s’exécute. J’ai l’impression de le faire chier. Excuse-moi, mon gars, mais je suis en train de perdre mon œil gauche, ça te déchirerait le cul de faire ton boulot ?

Avant de partir en chambre, un médecin, enfin, m’examine. Il est jeune, grand, l’air sympa. Et un joli nom, plein de tiroirs. Le genre qui fait ses classes dans un cul de basse-fosse avant de s’envoler en clinique privée. Du moins, je suppose. La réputation des chirurgiens des 15/20 est bonne, paraît-il. Enfin, j’espère.

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Il est rapide, me colle au mur avec un appareil à écraser l’œil gauche, et me sort, toutes les 20 secondes « ne vous inquiétez pas ». Je commence à m’inquiéter. J’aime pas ça. Hé, doc, arrêtez de dire ça, dites-moi plutôt la Vérité, je vais être borgne, hein ?
Non non, c’est grave mas on va vous opérer. Pourquoi t’es pas le professeur N que mon ophtalmo m’a conseillé ? Où est le professeur N ? Ceci est un complot ! Mais je ne dis rien, j'ai bien trop la chiasse. Après un examen brutal, Doc me dit qu’il va m’opérer rapidos. Ok je suis prêt à passer sur le billard. Titi Henry défoncé à la beu me conduit en chambre, silencieusement, à l’étage 4. Il s’arrête pour faire la bise à une copine, je lui demande si moi aussi je peux, il se marre.
Un être humain s’éveille.

Putain on dirait Vol au-dessus d’un nid de coucou. C’est jaunâtre, salingue, pitoyable. La chambre contient deux lits dont un est occupé par un goldu. Un gentil, enfant martyr devenu fou de mauvais traitements, défoncé aux médocs, il a une accompagnatrice sociale qui s’occupe de tout. Pour les discussions, ça va être coton. Il bouffe, boit, soupire tout le temps. Il se fout de la gueule du PSG. J’essaye de connaître son histoire. Il voit plus ses parents, son frère, restés à Bordeaux. Lui vit dans un « centre » dans le 77. C’est sympa. Dans son mp3, il écoute « Johnny et MC Solaar ». Je me moque pas. Je pense à ses ordures de parents qui l’ont bousillé. J’irais bien les enterrer vivants, après un petit speech moral et vengeur, comme dans Contre-Enquête, avec Jean Dujardin, devenu enfin un acteur. Bravo Jean, pour un film français, ça tient debout. C’est glauque, réaliste, dur. Comme mon hosto.
Jean Dujardin n’est plus un bouffon.

Ouf, ces médecins semblent rassurants
Ouf, ces médecins semblent rassurants
Une infirmière vient m’apporter la tenue de futur chirurgicalisé (drap avec trou, chaussons en papier soviétiques), ainsi qu’un second drap pour me sécher. Faut prendre une douche. J’ai 45 pansements de piquouzes foirées sur moi mais pas grave, je vais à la douche. Une douche de béthadine, se savonner 2 fois, faire gaffe aux yeux.
La douche est dégueulasse, des pansements en pâté partout. Je slalome entre les saloperies, comme dans le sketch de Bigard sur les chiottes d’autoroute. 20 minutes après, séché dans le drap de 4 mètres carrés, je suis en chambre, j’attends. Le temps de ranger mes affaires, de discuter avec le voisin, qui veut pas revenir sur son enfance atroce, sinon « je deviens nerveux » me dit-il, on vient me chercher. Allongé sur une table roulante, je vois le plafond, je suis la star, comme dans Urgences, avec George Clooney, ce connard qui veut sauver le Darfour. Pris en charge à 100%, y a quelque chose d’agréable.

Bip bip lumière rouge salle d’opération, comme à la guerre ! Le doc est là, avec son assistante, c’est vendredi, demain c’est le week-end de Pâques, tout le monde se barre, ça discute sorties et copinages. Après 15 contre-ordres, on décide de m’opérer. Je ne verrai jamais le fameux professeur N, la lettre a dû se perdre dans les limbes de cette ville flottante… a dû finir aux chiottes. L’anesthésiste ukrainienne me pose des questions. Non, pas de contre-indications, non je suis pas alcoolique, ni fumeur, ni allergique, non. Je suis allongé, cool, j’ai un truc sur moi, y a que mon œil qui émerge, mais je suis anesthésié localement.

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Doc et sa meuf discutent, ils commencent à bidouiller, j’aimerais bien avoir le DVD après. On me dit de fermer ma gueule, mais gentiment. C’est pas le moment de rigoler. Bon, je la boucle. La séance dure une heure, c’est eux qui le disent. C’est à la fois très long et très court. On m’appuie sur la gueule, comme si j’étais un accoudoir. Ils discutent protocole, couper ici, inciser là, remettre ça, recoller. Vive la médecine française, la meilleure du monde. Tout a l’air de bien se passer, ou alors on se fout de ma gueule : l’assistante du doc sifflote la "Balade des gens heureux", de Gérard Lenorman.

Moi celle que j’préfère du fils de boche c’est « La saison des pluies », un morceau aussi émouvant que méconnu. Mais triste. Tous ces délires m’empêchent pas de me sentir bien. Je pense à la came qu’on m’a refilée. Je suis sûr que bien des tox se décolleraient la rétine uniquement pour connaître cette sensation unique de rêve éveillé en pleine charcuterie.

C’est fini, un brancardier me remonte en chambre, il se cogne un peu partout. Il est 17 heures, je suis allongé, tout va bien.

La douleur, ça fait mal
La douleur, ça fait mal
19 heures, ça va pas du tout, une douleur grave monte dans toute la tête. 20 heures, l’heure du JT, ça devient insupportable, et je suis pas douillet. J’en ai pris des coups dans la gueule, sport, baston. Je sonne l’infirmière, elle vient pas. Je re-sonne, son assistante arrive au bout de 10 interminables minutes, allume la lumière, me demande de me calmer, va te faire enculer je lui dis, j’ai mal espèce de pute, j’ai mal à en crever, à me défoncer la tronche contres les murs de ton hosto pourri, à traverser la fenêtre. Le voisin ne pipe mot. C’est pas le moment pour lui de mourir. L’aide-soignante me dit que j’ai déjà pris un calmant et que j’aurai rien avant minuit.

C'est le protocole.

Sale pute, je vais te tuer toi et ton protocole de mes couilles. Ma femme débarque (personne n’a pu la renseigner sur l’opération), je défaille de douleur. Le calcul a foiré, le doc a mal mesuré les dommages collatéraux de l’opération. Je gueule comme un putois à Guantanamo. L’infirmière passe me dire qu’elle ne viendra que « quand ça sera votre tour il y a des gens avant vous calmez-vous ». Putain mais j’en peux plus je vais crever de douleur ! L’infirmière, suivie de la pute, s’en va. Je les entends parler calmement dans le couloir, et en plus, bonne Mère, je suis la dernière chambre de l’étage ! Je les attends, je les entend discuter, rigoler, si si, avec des clients allongés, qui visiblement ne souffrent pas. Sauf peut-être de solitude. Ces deux salopes se foutent de ma gueule. Il est 22 heures, elles ne sont pas encore passées, je défaille de douleur, nausée, migraine atomique, œil qui explose, et ces deux ordures… qui ne passent pas !

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Ma femme s’est barrée depuis longtemps, elle n’a pas supporté le spectacle de son mec réduit à l’état de larve. Je confirme ici que les deux salopes ne passeront pas. Je suis au bord du délire, ma tronche va exploser, je dois bouger, sinon je vais devenir fou. Je me lève, je suis déshydraté à mort, y a même pas d’eau, je suis pieds nus, avec les pompes en papier déchirées, j’avance dans le couloir, c’est Vol au-dessus d’un Nid de Salopes Nazies, heureusement que je suis pas armé. Je râle, je gueule, je gémis comme une merde. La souffrance rabaisse, la souffrance dégrade. Je pense à tous ces mecs torturés qui ont souffert, et je comprends. Comme c’est dur. La souffrance rend fou. Le pire, c’est que là, ils étaient pas obligés de me ravaler au rang de bête.

Achevez-moi, bordel !

Au bout de 10 minutes de Marche de la Mort, j’arrive à la moitié du couloir, et l’infirmière, pimpante, sort de son étable. « Ben qu’est-ce que vous faites là vous ? » demande-t-elle étonnée, souriante.

Souriante. J’arrive même pas à articuler un son, j’ai la bouche ouverte, comme un trisomique assoiffé, la douleur m’a rendu dingue. Je veux parler mais je me dirige vers les chiottes. A quatre pattes, la tête dans la cuvette, je dégueule ma race, cinq méga jets immondes d’une violence inouïe, j’ai l’impression que mes yeux vont sortir de ma tête comme des bouchons de champagne. Plop plop! D’abord amusée, la Sale Pute Nazie réalise que c’est sérieux. Je dégueule de douleur, elle m’a même pas aidé à rentrer dans les chiottes avec la perfusion.
Je jure qu'elle le paiera.

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
La bouche et la blouse pleines de dégueulis, j’arrive à articuler, en tombant en arrière, que j’ai mal à en crever, comme Johnny dans sa chanson. Je sais pas comment tu fais Johnny pour chanter quand t’as « mal à en crever », mais moi, je peux même pas parler. L’infirmière SS prend la mesure de l’urgence et me dit qu’elle va appeler les Urgences mais que l’interne peut pas monter.

Ilse Koch me demande si je peux marcher. Elle ajoute l’insulte à la méchanceté. Ma revanche viendra, ordure. M’en fous que l’hosto se fasse défoncer par la misère sociale et que les infirmières ne peuvent pas aimer tous leurs patients comme des mamans, je m’en fous, cette dégueulasse aurait dû me soulager. Au Moyen-âge, j’aurais pas dit, mais depuis l’avènement des anti-douleurs… c’est du sadisme pur et dur. Et je pèse mes mots.

J’apprendrai plus tard par un pote dont la nana est anesthésiste que l’hôpital se fout comme d’une guigne du post-opératoire, et de la douleur qui s’y colle. A moins d’être pistonné. Je confirme.

La belle interne des 15-20 (cm)
La belle interne des 15-20 (cm)
Comme je peux à peine tituber, l’infirmière, contrariée, me trouve une chaise à roulettes et un Africain rigolard (désolé pour le cliché, mais je plaisante pas), me descend aux urgences comme un handicapé qui ne contrôle plus sa tête.
« On va voir l’interne », me dit-elle. OK ok tout ce que tu veux, du moment que je crève pas de douleur. Et là, vous savez ce que fait notre ami brancardier en me descendant ?
Non ?
Je vous le donne en mille, il me met un pain dans l’œil, le mauvais, le tout juste sauvé, en foirant une manœuvre de virage. Je réagis même pas: je note. Je passe mon temps à noter mentalement toute la merde, tellement y en a, pour que le jour du Jugement Dernier, ces enculés morflent à leur tour. Je sais bien que ça changera rien, mais au moins, les milliers de lecteurs (espérés) de ce témoignage éviteront ce putain d’hosto comme la peste.

Je traverse à nouveau les Urgences mais ce coup-ci le vendredi soir, bourrées de mecs défoncés, baston, alcool, came, pansements. L’ambiance est nettement plus jeune, plus racaille que ce midi.
25 rabzas me suivent du regard, impressionnés. Le déglingos en chaise qui pue la Mort et la Gerbe avec l’œil qui pleure du sang. Respect de la part des lascars.
Je suis un héros.
L’interne me reçoit. Je suis blême, je sens le renard, dommage, elle est belle, brune, grande, et regarde mon œil à travers son appareil, dont j’imagine, sans peine, qu’il n’est pas désinfecté entre deux patients à deux balles…
Procès d’intention, diront les puristes. M’en fous !

Le procès de mon infirmière
Le procès de mon infirmière
Finalement, la Belle donne des ordres à la Salope SS et me revoilà à nouveau défoncé, jusqu’au petit matin. Dans mon délire de souffrance, j’apprendrai que ce genre d’opération « peut se révéler excessivement douloureux », merci pour l’info, et que « il fallait le dire à l’infirmière ».
Visiblement, la Pute SS a menti, puisque je l’ai appelée x fois. On se retrouvera. Il faut toujours rendre Justice, ou plutôt Injustice, sur terre, à ceux qui nous ont fait du mal. J’ai le nom de l’ordure, je suis pas journaliste pour rien, c’est l’infirmière du matin qui me le balancera. L’aide-soignante, je m’en branle, même si elle vaut pas mieux. En ce jour du vendredi 21 mars 2008, à l’hôpital des 15/20, j’ai vécu des heures d’enfer inutile grâce à deux sadiques.

Oui, je sais bien, elles font un métier difficile, et tout. La politique, patata, les budgets, patati, la rentabilité introduite par la droite dans les établissements publics, la tarification à l'acte, je sais tout ça, mais je pardonne pas ces agissements dégueulasses qui n’avaient aucune raison d’être.

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE

J’ai été foutu dehors après cette nuit cauchemardesque, il fallait rendre le lit, dès 8 heures j’étais debout, habillé, j’ai attendu ma femme, je voulais payer mais c’était samedi, l’infirmière kirghize m’a donné ma feuille pour le pharmacien, en m’engueulant presque « non pas toucher mais jamais faile ça avec œil non mais alors toi fou ».

Je t’emmerde, connasse, que je lui ai dit, devant 20 malades soumis, en attente de crever, au 4ème étage. L’hôpital est devenu une grande salle d’attente. Le médecin me donnera un rendez-vous post-opératoire pour le… mardi suivant.

Ce mardi-là, défoncé aux médocs, j’aurai suffisamment mal à la tronche et à l’œil pour ne même pas pouvoir décoller de mon divan.

Bien vu, Doc.

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE
Je reporte le rendève à la semaine suivante. Là, j’attends 90 minutes dans une salle, après m’être présenté aux infirmières de l’Accueil, donnant mon nom et l'heure à laquelle le chirurgien qui m’a charcuté 10 jours avant m'a convoqué. Mais j’attendrai pour rien. Reniflant une boulette, je retourne voir le pool d’infirmières qui ont oublié de m’inscrire.
Oups.
Je croise le médecin et son assistante, par hasard, qui me disent « mais qu’est-ce que vous faites là on croyait que vous étiez pas venu ». Je leur dis tranquillement de se foutre leur hosto dans le fion, et que jamais de ma vie je remettrai un pied dans leur établissement pourrave. Le médecin me court après dans le couloir, j’en n’ai plus rien à battre, je mets pas en cause ton boulot, mon pote, mais ton hosto, c’est de la merde en barre. Salut.
Il me demande d’attendre, c’est important, vous pouvez passer tout de suite, euh non j’ai quelqu’un avant, attendez !

MISERES DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE

Je suis dehors, j’ai perdu 3 heures, je suis borgne, mais je reviens à la maison.

Je prendrai RDV avec mon ophtalmo, qui fera le boulot de vérif.

RAS, ok. Terminé.

J’ai expérimenté pour vous la médecine de guerre, en plein Paris.

Merci de votre patience.

Et faites gaffe à vos yeux.

Jeudi 10 Avril 2008
Monsieur Bidoche
Lu 2939 fois


Commentaires des lecteurs

1.Posté par Adebisi le 10/04/2008 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Bidoche,

Haaaaaaaaaa comme je compatis... J'ai pratiquement vécu chaque mot de cet article lors de mes pérégrinations dans les hopitaux parisiens.

Si les 15/20 c'est de la merde, je pense pas mieux de la Fondation Rotschild, où l'on m'a envoyé chier comme une merde alors que j'avais un glaucome très grave à opérer d'urgence... L'opération a été faite à Saint Joseph, très bon hopital.

J'espère que votre oeil va mieux Monsieur Bidoche.

Et, c'est sûr, ils paieront tous. Il le faut.

2.Posté par Weshwesh le 10/04/2008 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle diatribe !
J'ai noté que la plupart des intervenants maitrisaient plus ou moins le Français. En cherchant bien, en banlieue parisienne on peut sans doute trouver pire. T'imagine le tableau un peu ?

3.Posté par Weshwesh le 10/04/2008 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sorry pour le lien HS...

4.Posté par Jean MARIE LEPEN le 10/04/2008 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je compatis aussi mais putain je suis hypocondriaque.Faut pas pondre des articles comme ça, sinon je vous raconte l'histoire de ma vésicule biliaire.
Courage !

5.Posté par La rédac le 10/04/2008 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oh putain vlà Le Pen sur L'Organe... On va encore nous taxer de fachos. Euh, vive la LCR! Vive Besancenot! LCR vaincra!

6.Posté par L'INFIRMIERE EST UNE NYMPHO le 10/04/2008 16:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous avez vu qu'on s'apprête à réformer l'hôpital.
Ca va être du joli !!!!

7.Posté par bob le 10/04/2008 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo pour cet article, rien à ajouter

8.Posté par lingane le 10/04/2008 18:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis aussi hypocondriaque, et cet article est bon : j'ai mal au ventre, là.

J'ai du aller à l'hopital thonon, dans le XXe, ça c'est pas trop mal passé, mais il est vrai que j'avais pas besoin de calmants.

Toutefois, des mon arrivée, j'avais qu'une pensée en tête "fais-toi bien voir des infirmières, fais-toi bien voir des infirmieres, FAIS-TOI BIEN VOIR DES INFIRMIERES"


mais bon, si ça marche qu'au piston, ça sert à rien.


Dites, la rédac, pourriez-vous faire un papier pour savoir comment devenir hospitalopistonné?


J'ai peur.

9.Posté par La rédac le 10/04/2008 21:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avant d'être dépassé par une urgence, agiter toutes ses relations pour savoir si on peut pas toucher un médecin, un prof, un chirurgien de qualité dans un environnement de qualité.
Bon, pour pas faire de fausse-joie, en général, il suffit d'avoir du fric.

10.Posté par Belette le 10/04/2008 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En d'autres mots: devenir Franc macon

11.Posté par Alain Soral le 10/04/2008 23:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai commencé à violer mes gamins ce soir. Je présente dès demain ma candidature à la loge maçonnique de mon quartier. Mon médecin m'a annoncé que j'avais un cancer du cul.

12.Posté par Drexler le 10/04/2008 23:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hé la rédac, vous savez que votre photo avec les deux nymphomanes blondes-SM-nationales-socialistes va provoquer chez plus d'un des érections d'une ampleur insoupçonnée -dont moi en premier lieu.

13.Posté par Drexler le 10/04/2008 23:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celle de gauche est la plus bandante : mon pénis fait le salut nazi rien qu'en la voyant.

14.Posté par Banghra tetoiloeil le 11/04/2008 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Celle de gauche :=> bonne vision de l'oeil gauche. celle au milieu des trois => strabisme, aucune => cécité. Les tests médicaux simple de dépistage de Lorgane.

Super article, Copie-colle sur Doctissimo avant la nécrose !
Même impression suite à l'opération cardiaque à coeur ouvert d'un membre de ma famille. suivi inexistant, et pour le reste, "Dr Zoïdberg de Futurama" n'est pas de la fiction. Bon, t'as échappé, à l'amoché Dayan et Jean-Marie Leborgne. Et pis t'aurais pu être roi au royaume des aveugles ;-)

Bon rétablissement Albator !

15.Posté par Banghra Tuité-Dessouin le 11/04/2008 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Au fait, un truc me revient, JAMAIS VOMIR suite à une opération des yeux, à cause de la surpression que cela provoque dans l'oeil.
Donc, faute professionnelle et négligence. Essaie de les attaquer pour gratter un peu. Avec Maître Hyène-Chuinard avocat borgne au regard torve, spécialiste en coup de canine dans le tendon d'Achille.

Le risque c'est qu'on te soigne au tisonnier pour le prochain réglage des mirettes. A moins que le cataplasme au guano ?

Reste toujours l'opération non-gratuite (compte environ 3000 euros) dans un autre pays civilisé aux Amériques ou en Britannia. C'est là que "ça me coûte un oeil" prend tout son sens !



16.Posté par Adolf Hitler le 11/04/2008 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand on est un vrai aryen, pas besoin d'aller à l'hôpital. Une bonne saignée et de l'exercice suffit à redevenir frais comme un gardon.

17.Posté par Weshwesh le 11/04/2008 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu m'en fais un beau d'aryen toi avec ta tronche !

18.Posté par The Dude le 11/04/2008 22:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai : vomir provoque une surpression dangereuse dans les yeux. Attention aux grosses cuites avec shit, les gars ! On risque tous le décollement de rétine, à chaque fois, en fait !
Cela dit, les soins sont globalement de très bonne qualité et gratuits dans ce pays. C'est même un des rares secteurs où on peut encore frimer par rapport à d'autres pays dits civilisés.
T'as pas eu de bol, Bidoche, et je suis le premier à reconnaître que les infirmières sont encore plus connes que les profs.

19.Posté par Jean de la foutaine le 12/04/2008 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

The Dude, pauvre con, ne prends pas ton cas pour une généralité, tout le monde ici n'est pas assez dégénéré pour fumer du shit, en outre, ce système médical que tu vantes au travers de la sécurité social est une des causes principale de la ruine de notre pays. Y'a bon la CMU, l'AME qui nous coûte quelques centaine de millions d'euros par an au cochon de payant, c'est à dire au con-tribuable.

20.Posté par Kwési doc rwandais le 12/04/2008 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel cinéma pour un p'tit bobo

21.Posté par MONSEIGNEUR LUSTIGER EN EST UN AUSSI le 12/04/2008 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La médecine c'est de la connerie! Quand on est malade, il faut prier le seigneur jusqu'à ce qu'il vous accorde la guérison. Moi mon gamin, il est mort d'un cancer car il n'a pas assez prié le seigneur. Aujourd'hui, il brule en enfer et c'est bien fait pour lui.

22.Posté par CHRISTIANISME ET ISLAM ENSEMBLE CONTRE LES JUIFS le 12/04/2008 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La maladie est une épreuve que le seigneur impose à ceux qui empruntent le mauvais chemin.

23.Posté par La rédac le 13/04/2008 21:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nostra culpa. La prochaine fois, nous accepterons le châtiment divin.

24.Posté par Sexklon B le 14/04/2008 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vaut mieux accepter le châtiment divin qu'avoir la chiasse le jour d'un enterrement.

25.Posté par Sexklon B le 14/04/2008 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A en croire Jean de la Fontaine, on pourrait se faire gicler les yeux en dégueulant.

Ca vaut mieux que les couilles.

26.Posté par Magister Dixit le 14/04/2008 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu nous fais chier tonton avec tes sites à la con. Un peu de sérieux, bordel !
Je trouve la SS de droite plus bandante, personnellement.

27.Posté par Magister Dixit le 14/04/2008 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La tecktonik c'est trop de la merde:

28.Posté par Sexklon B le 14/04/2008 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vaut mieux avoir une mouche posée sur l'oeil, qu'une étoile de david tatouée sur le front.

29.Posté par Sexklon B le 14/04/2008 20:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et vaut mieux une mouche posée sur une étoile de David, chose somme toute normale, plutôt qu'un oeil sur le front.

30.Posté par Banghra Yadelo le 16/04/2008 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Au pire reste les pièces détachées serbes vendues par les Kosovars. Même si à l'heure actuelle, toute greffe du nerf optique donc de l'oeil est strictement impossible.

Mais le must, c'est un oeil comme celui de l'héroïne Eden Sinclair dans Doomsday le film de Neil Marschall. Qui relègue celui de l'homme qui valait 3 milliards au rang de lorgnon.

31.Posté par Six Mabute le 16/04/2008 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En Bolivie ils désinfectent les instruments à la pisse de lamas.

32.Posté par Banghra Véta le 16/04/2008 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


c'est mieux que le pansement à la merde...

33.Posté par Grand Maître le 17/04/2008 01:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mes Bien Chers Frères, ça suffit de casser du franc-maçon !!! Certains d'entre nous sont d'honnètes citoyens qui haïssent les traitres de l'Ordre, boivent de la bière, et écoutent Johnny Winter à donf sur l'Ipod. Tout n'est pas conspiratoire et népotisme, que diantre !!! J'ai dit.

34.Posté par Le Portugais atomique le 17/04/2008 01:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que Diable, pas que Diantre, vil anus.

35.Posté par Aimons Gisèle Halimi le 17/04/2008 04:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enrico le gros sioniste.

36.Posté par DIEU AIME LES SCOOPS DE KARL ZERO le 17/04/2008 08:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enrico, pendant qu'il chante "donnez donnez moi" il fout la main dans la culotte de nos gamins.

37.Posté par Banghra Sadieu-Yvoit le 17/04/2008 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler




M'étonne pas qu'à L'Organe (de la vue) on aille se faire soigner là-bas !

38.Posté par Banghra Yadelo le 17/04/2008 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Merde loupé

39.Posté par Banghra Sadieu-Yvoit le 17/04/2008 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


"Les Quinze-Vingts inspireront à Voltaire le conte Petite digression (1766), qui évoque le passage d'une démocratie égalitaire à une tyrannie par la manipulation de l'information."

40.Posté par La rédac le 17/04/2008 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Joli portrait!

41.Posté par Le Portugais victorieux le 17/04/2008 22:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est le jeune Maurice Cohen peint par l'Obersturmfuhrer Heins Wagner, alors qu'il avait la face collée au hublot.

42.Posté par ex-Atlantis le 20/04/2008 03:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah les portos ! Toujours aussi pertinents ! Traverse donc l'atlantique et va chier au Brésil comme ton roi en Jean VI en 1807 devant Junot "la Tempète". Là bas tu pourras laisser libre court à ton racisme vicéral. Peuple de merde !

43.Posté par ex-Atlantis le 20/04/2008 03:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ton "régent" devrais-je dire vu que le Jean assurait l'intérim pour sa mère Marie était folle à lier.

44.Posté par Les Actionnaires des labos vont en enfer. le 22/04/2008 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jules romain était visionnaire.

La médecine gérée par un lobby qui joue notre santé en bourse ça peut donner que de la boucherie, de l'incompétence, des fautes graves, un gâchis colossal d'argent public et privé, des dérives innomables, des malades utilisés comme cobayes, une ambiance explosive dans les hosto, et on va accuser les salauds de malades alors que la plupart allègent d'eux-mêmes les ordonnaces à 400 euro pour un rhume.

Nouveau commentaire :
Alors ma couille, toi aussi tu veux commenter et donner ton opinion sur cet article ? O.k, vas-y, mais sois bien conscient du fait que nos amis de la DCRI lisent tout ce qui se passe ici et que des propos inconsidérés de ta part, ou enfreignant les lois de la soft dictature française, pourraient te valoir un débarquement de volatiles bleus chez toi à 6 heures du matin suivi d'un placement en GAV. Prêt à assumer ? Vas-y !

FLASH RÉINFO | OLD NICK FAIT DES VIDEOS | EDITOS AU KARCHER | HAIKUS D'AKTU | DOUCE FRANCE | LE MONDE SELON L'ORGANE | MAUVAISES HUMEURS | FLINGAGE DE STARS | SHOWBIZ, CHOCHOTTES ET COCAINE | KULTUR & KRITIKS | SPORT & DOPAGE | RIONS UN PEU AVEC LES RELIGIONS | LES GRANDES ENIGMES DE L'HISTOIRE | LES AVENTURES DE FRANCOIS MOYEN | L'ORGANE SEXUEL | LES BELLES PUBLICITES | CAPTAIN ZODIAC | VINTAGE L'ORGANE | VIDEOS DE REINFORMATION | CHAT WEBCAM




Dans le forum

N'est elle pas ridicule ?

Le forum pourri - Aujourd'hui - 03:01 - Malo

L'arrivée des Démocrates

Le forum pourri - Aujourd'hui - 01:04 - Elie Semoule Le Vrai La Pute

LE PEN = HITLER

Le forum pourri - Samedi 29 Avril - Torchon

Que pensez vous de ça ?

Le forum pourri - Vendredi 28 Avril - Brutus

Erection matinale de 12H42

Le forum pourri - Vendredi 28 Avril - Anonyme Branlax

PASSION MARCHES MILITAIRES

Le forum pourri - Jeudi 27 Avril - Hell Fesses

Passion Francis Heaulme

Le forum pourri - Jeudi 27 Avril - Zoba

SJW : 1 - Amalek : 0

Le forum pourri - Jeudi 27 Avril - Torchon



Balancez à L'Organe !

LE COIN DU CITOYEN MODELE

L'Organe vous révolte, vous répugne, vous révulse ?
Comment tant d'abjection est-elle possible sur un seul site ?
Comme vos ancêtres pendant la guerre, soyez de Bons et Gentils Citoyens:

Dénoncez L'Organe à la Kommandantür !
--> Etape 1
Choisissez la Gentille Association qui va vous soutenir dans votre combat contre les Méchants Articles de l'Organe:
 
•LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme)
kommandantür
@licra.org
SOS RACISME
kommandantür
@sos-racisme.org
MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples)
kommandantür
@mrap.org
UEJF (Union des Etudiants Juifs de France)
kommandantür
@uejf.org
CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France)
kommandantür
@crif.org

LDJ (Ligue de Défense Juive, ne pas confondre avec FDJ=Française des Jeux)
kommandantür
@ldj.org

HALDE (Haute Hautorité de Lutte contre les Discriminations)
kommandantür
@halde.org
CHIENNES DE GARDE (Crimes contre le Féminisme)
kommandantür
@cdg.org
SOS HOMOPHOBIE
(Crimes contre l'Homosexualité)
kommandantür
@soshomo.org
CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires)
kommandantür
@lecran.org
CRAB (Conseil Représentatif des Associations Blanches - ex Ku Klux Klan de France)
kommandantür
@crab.org
 
--> Etape 2
Choisissez une société de Crédit afin de provisionner les honoraires des Gentils Avocats qui vont s'emparer de votre cause et la défendre avec le talent et l'éloquence qui les caractérisent jusque sur les plateaux de télévision.
(prévoir un financement de 10 à 30.000€ selon la complexité du dossier et l'ampleur de votre haine contre L'Organe)
établissements conseillés:
Cetelem - Cofinoga

 

Vous voilà paré à faire votre devoir de citoyen modèle ! Bonne chance dans votre juste combat, et à bientôt !