Connectez-vous S'inscrire
L'Organe Magazine
Alain BITEMAN
Francis ULCÈRE
Alejer D'ALGER
Navigateur DE LA GUILD
Old NICK
ORGUS POCUS


Derniers fights sur les com's


TOPFESSES - Je montre mes fesses !

TOPSEINS - Je montre mes seins !


Entrez votre email pour recevoir les infos supra confidentielles de l'Organe et briller dans les dîners en ville :
Les solutions simples de L'Organe

METTRE A GENOUX L'UE : LES BELLES HISTOIRES D'ONCLE YANNIS !

L'Organe propose en exclusivité mondiale de mettre ses lecteurs dans la peau d'un Premier Grec doté d'une énorme paire de couilles, au contraire du quadra pétochard polytechnicien qui refuse de porter des cravates sur ses costumes à 15 000 euros.
NB : pour montrer tous les leviers dont vous disposez (bien expliqués par Tonton Varoufakis dans son excellent "Conversations entre adultes" dont nous reprenons les thèses pour l'article), le scénario du pire est ici retenu pour la clarté de l'exposé.



L'essentiel de votre programme
L'essentiel de votre programme
C'est officiel, et vous n'en revenez pas vous-même ! Le plus beau jour de votre vie est arrivé : vous êtes élu Premier Ministre de Grèce. Et c'est une claque pour tout le monde, y compris pour vos plus fervents partisans : les derniers sondages ne vous donnaient en effet pas plus de 15% des intentions de votes, et vous voici, grâce à la proportionnelle donnant prime majoritaire au parti arrivé en tête, avec un parlement à votre botte et 160 sièges sur 300 ! L'Europe tremble, votre campagne démago antigermaniste portée par votre talent oratoire (quelque part entre Robespierre, Cicéron et Lénine) mélangeant populisme, socialisme, europhobie et ultra-patriotisme, sans aucun dérapage, est un succès monstrueux. Le Monde a désormais les yeux rivés sur votre petite personne devenue grande faisant craindre le pire aux technos bruxellois et la simple évocation de votre nom provoque des gastros en chaîne chez les autres chefs d'Etat qui redoutent désormais un effondrement du système telle l'assemblée de gros sénateurs craignant pour leur petites magouilles devant César. À l'étranger, même les journaux réagissent nerveusement. "Bild" titre "Peur sur l'Europe" avec une photo de vous peu flatteuse, Libé fait de même avec "Au secours Métaxas revient" ou encore Le Figaro qui lance "L'Europe redoute le Grexit après les législatives". Votre brillante victoire suscite autant d'espoirs que de craintes. Pour vous, c'est la première étape vers une déification digne d'un empereur Romain que vous offrira le peuple si vous réussissez. Vous n'avez pas pour autant promis la sortie de l'UE ni de l'Euro, de façon à garder quelques cartouches dans votre musette, afin de pouvoir dégainer la sulfateuse en cas de besoin.

Passée la gueule de bois consécutive à la fête du soir de votre victoire, vous organisez une somptueuse cérémonie d'investiture digne d'une Triomphe Byzantin où femmes, éphèbes et alcool coulaient à flots dans une ambiance lupanarienne à faire pâlir d'envie Marc-Antoine et Cléopâtre (coûtant au passage un demi point de PIB à votre désormais bon peuple, "kalos koino laiko" en grec ancien ou "vulgum pecus" en latin) où vous prononcez un discours enflammé hystérisant la foule tel Périclès galvanisant les hordes de Hoplites partant contre-attaquer les perses.  

Il faut maintenant composer votre gouvernement. Pour cela, vous rappelez Varoufakis aux affaires économiques et sociales (contrairement à votre prédécesseur vous appliquerez son programme), et laissez Kammenos (le Philippot Grec) ministre de la Défense en lui rajoutant le portefeuille de la Marine et l'Intérieur et nommez le secrétaire général du KKE (parti Communiste grec) à l'Immigration dont vous faites un ministère à part entière (en Grèce, les cocos n'aiment pas les immigrés et votre nouveau serviteur se fera un plaisir d'envoyer les flics maraver les mahométans trop remuants). Quant à vous, comme vous le permet la Sainte Constitution, vous vous octroyez la part du Lion de Mycène et vous vous chargerez personnellement des affaires étrangères. Vous laissez votre vieux camarade Yannis composer le reste du Gouvernement, l'essentiel étant accompli. Vous imposez aussi la cravate à tous vos ministres, conscient que lors des réunions au sommet entre grands de ce monde, les baba-cools startupers débraillés en chemises déchirées et mal rasés, fussent-ils milliardaires, passent pour des clowns.

Contrairement à vos prédécesseurs, vous avez décidé de réellement tenir vos promesses. Et celles-ci sont nombreuses : augmentation du SMIC, re-Nationalisation des services publics, des transports et des chantiers navals, restauration de la fameuse 'autorité de l'Etat', sortie de la Convention de Genève, impôts indexés sur le salaire, etc. Bref, vous n'êtes pas (seulement) là pour vous en foutre plein les poches et compter sur du petit clientélisme à deux balles pour vous faire réélire, comme notre bon vieil Alexis en septembre 2015.

 

Avant/Après
Avant/Après
Maintenant, voici comment faire de votre mandat un règne éternel, tel César proclamé dictateur à vie, sans, cela va de soi, terminer de la même triste façon.
Petite explication en 8 points principaux.

1) Temperez et soyez Machiavélique
Vous voici donc arrivé, vêtu de votre plus beau costume, au premier conseil européen. Vous voici face aux Grands pontes, qui jadis "alliés" de votre pays lorsqu'il s'agissait de le faire baigner dans une mare de dette et de sang pour mieux piller ses ressources et faire du Tapie pour racheter toutes vos boites en difficultés, devenus aujourd'hui vos adversaires à abattre. Lors de cette première réunion, où vous cotoyez Merkel, Macron, ou encore l'extraterrestre Juncker, montrez vous modéré, ayez l'air d'être dans vos godasses, de façon à ce que vos interlocuteurs en viennent à penser que vous même ne savez pas ce que vous foutez ici.
Balbutiez quelques banalités sans intérêt. Parlez de votre réforme fiscale indexée (qui consiste à supprimer les tranches de l'impôt sur le revenu pour transformer celui-ci en impôt progressif). Laissez Oncle Varoufakis leur expliquer le bien fondé de votre idée, et renchérissez en parlant de la "compétitivitédeszentreprises", une baisse des charges pour les PME figurant également à votre programme. Expliquez aussi que la nationalisation des services sus-cités est vitale pour votre pays, mais que vous allez permettre des participations étrangères, même si l'Etat restera majoritaire. Dites aussi que vous réduirez le nombre de fonctionnaires (ça, c'est du bluff, naturellement), sans oublier de jurer, la main gauche sur le cœur droit, que vous ne serez pas le fossoyeur de l'UE. Vous déclenchez alors l'enthousiasme de vos interlocuteurs, épatés de voir un jeune premier d'ordinaire si agressif semblant rentrer dans le fameux Cercle de la Raison cher à nos amis d'Outre-Rhin. Les choses s'apaisent, et, soyez patient, vous allez en profiter. Les minables bureaucrates qui s'attendaient à un clown à mi-chemin entre Marchais et Zantafio ignorent alors qu'ils ont en face d'eux un être aussi calculateur et perfide que Concini.

2) Eloignez-vous du Peuple et agissez dans l'ombre
Profitez donc de cette (relative) accalmie pour surtout ne rien foutre. Refilez tout le boulot à votre Gouvernement et à l'assemblée, ils se feront un plaisir de servir leur nouveau maître depuis que le quotidien principal "Kathimerini" (de droite et qui vous détestait) en vient à titrer "Greece is Back" avec votre portrait en une.  Ainsi, vous n'apparaissez plus que rarement pendant quelques semaines, sauf à l'Assemblée (jetons de présence oblige). Comme Macron, vous devenez Jupitérien, ou plutôt Zeusien (restons grecs). Vous vous contentez d'une brève allocution télévisée au cours de laquelle vous annoncez votre "révolution fiscale" comprenant l'impôt indexé et la baisse des charges, et la renationalisation des transports (la seule pour l'heure). Vous balancez également la vieille tarte à la crème sur la "refondationdeleurop". Le peuple est enthousiaste et l'UE commence à vous voir d'un meilleur œil, vous croyant revenu à la raison. Mais dans l'ombre, vous préparez vous coups. Et même de très mauvais. Vous rencontrez secrètement Poutine, puis le Président Chinois pour leur faire part de votre projet. Ceux-ci ne sont pour l'instant pas très réceptifs (n'ayant pas grand chose à foutre de la Grèce), mais vous promettent de garder un œil sur la situation. Vous laissez passer quelques semaines de calme, aucune manif n'ayant perturbé votre action jusqu'ici, puis retournez à nouveau à Bruxelles pour un nouveau sommet Européen.

3) Envoyez les premières salves
Vous vous y attendiez, le second sommet européen ne se passe pas pour le mieux. Vous refusez cette fois toute nouvelle concession. Avant que l'on ne vous demande quoi que ce soit, vous prenez la parole pour expliquer à la bande de technos corrompus que vous ne cèderez plus sur rien. Que votre peuple en a assez de souffrir, et qu'en cas de nouveau plan d'austérité, il y aura une Révolution dans votre pays, que les grecs n'accepteront plus aucun tourment supplémentaire. Vos interlocuteurs, estomaqués, vous menacent de sanction, celle prévue par les traités en cas d'écart, de prélever 1% du PIB de votre pays en guise d'amende pour mauvaise conduite. Un peu comme si vous aviez pris votre voiture bourré il y a 10 ans le soir du 31, et vous deviez payer 1% de votre salaire annuel toute votre vie pour expier votre abominable faute.

Vous éclatez de rire, et menacez les d'instaurer le contrôle des capitaux étrangers si jamais la résolution était adoptée. Alors que Macron tempère et tente son fameux "en même temps", Merkel vous menace directement, indiquant qu'elle provoquera la chute de votre gouvernement en saisissant la Commission Européenne si vous résistez. Vous répondez alors du tac-au-tac en menaçant d'utiliser immédiatement l'article 50 (qui permet de quitter l'UE) sans négociation. Face à tant d'agressivité, d'arrogance, d'impertinence et d'intransigeance dont même Orban ou le 1er Ministre Polonais n'auraient jamais osé user. Merkel est sonnée. Comme tous les participants réunis autour de la table. Et pour envoyer la truie encore un peu plus dans les cordes de sa porcherie, dites que vous donnerez des visas pour l'Allemagne à tous les migrants qui arrivent sur votre sol.

La pauvre est abattue, vos autres interlocuteurs tels Juncker ou Verhofstadt ont la mine déconfite. Vous quittez donc la table des négociations, sans aucun accord. Toute la "communauté internationale" réagit. Même CNN et la télé Japonaise parlent de vous en boucle. Trump dit que vous êtes " pire que Kim Jong-Un" et que "l'Amérique se laissera pas marcher dessus par ce pays de philosophes pédés". Votre toute petite Grèce menacerait à elle seule l'équilibre planétaire. C'est jouissif, reconnaissons-le, mais ce n'est que la première étape. En attendant, envoyez vos barbouzes chercher des dossiers compromettants sur vos avdersaires politiques et la clique de Bruxelles. Tiens, à propos de Kim Junior, contactez celui-ci discretos en lui promettant de lui immatriculer ses yachts sous pavillon grec en échange de quelques hackers (exigez les mêmes que ceux qui ont fait péter Sony). Vous pourrez ainsi faire votre mérdiaparteux, tel le Dupond de la presse indépendante avec sa moustache en forme de brosse à chiotte, idéale pour racler les fonds de poubelles et visiter les quelques égouts bien crades de l'information.
Plus jamais ça
Plus jamais ça

4) Dénoncez les pourris devant le peuple et provoquez un scandale au Parlement européen
Votre travail de l'ombre est payant : un tas de photos compromettantes, de transactions douteuses, comptes offshore, affaires de pédophilies, de sextapes, partis politiques grecs financés illégalement en sous-main par l'UE, tout y est ! Vous saisissez tous les dossiers et, plutôt que de les balancer à la presse, vous demandez, comme vous le permet le traité de Lisbonne, à vous exprimer devant le parlement européen. Avec réticence, ils sont obligés d'accepter. Voici donc le grand jour tant attendu. Vous vous présentez dans votre plus belle tenue (votre Smalto sur mesure) et arrivez poings levés devant une assemblée prête à vous huer, vilipender et même à vous cracher dessus. Vous gardez toujours le sourire, et commencez votre discours avec un sublime ironique "mes chers concitoyens européens, aujourd'hui est un grand jour pour l'Europe". Personne ne comprend rien. Et passé vos minables élucubrations, vous sortez vos dossiers un par un non sans au préalable avoir invoqué l'article 2 alinéa 3 sur la liberté d'expression en guise de préambule. Vous attaquez ! "J'accuse le commissaire X d'être un fraudeur fiscal, celui-ci possède un compte à l'île Maurice, voici la preuve", "Oui, madame la députée vous êtes dans l'affaire des titres de la dette puisque vous en possédez vous-même une centaine, voici la copie de ceux ci !" ou encore "Quelle Europe pour nos enfants ? Posez la question au ministre allemand ! Voici des photos du ministre en compagnie d'une fillette de 10 ans lors de son dernier séjour en Thaïlande !".

Votre petit discours qui n'a duré que 5 minutes provoque un scandale planétaire. Les bourses reculent et les "#balancetonfraudeur" et autre "#Thailandleaks" font fureur sur les rézosocios. Vous avez commis l'irréparable. Vous êtes désormais l'homme à abattre. Les démissions s'enchaînent chez vos ennemis qui veulent désormais vous éliminer physiquement. Qu'à cela ne tienne, même si tel était le cas, vous mourriez en martyr, et la populace ressortirait la guillotine. De retour dans votre pays, vous êtes reçu sous les acclamations de votre peuple. Après un bain de foule et une cuite bien méritée, vous faites une allocution télévisée dans laquelle vous convoquez la population à venir vous écouter le sur-lendemain (le temps de digérer votre murge) au stade Panathénaïque (Symbole de la puissance Hellène antique) pour un important speech au cours duquel vous promettez d'autres révélations sur les "ennemis de l'intérieur" et les "traîtres à la Patrie". Panique chez certains, orgasme chez vous.
L'Europe qui fait rêver
L'Europe qui fait rêver

5) Organisez des purges en interne
Votre grand discours face au peuple est arrivé. Vous arrivez sous les hourras d'une foule hystérique et tel Saint-Just, vous expliquez que vous n'êtes pas ici pour "dénoncer" ni pour "juger" mais pour "punir" les "agents de l'étranger". Vous exposez alors vos précieux documents : Aube Dorée (les néo-nazes au crâne rasés qui feraient passer Gabriac et Ayoub pour des intellos) est financée directement par l'UE. Dans quel but ? Qu'ils obtiennent le plus haut score possible afin que seul les libéraux arrivent au pouvoir via un gouvernement d'Union Nationale. Les trotskards de l'EEK (Parti "révolutionnaire" internationaliste) aussi, financés par les Yankees afin qu'ils mettent le plus de bordel possible, sans oublier les anarchistes qui cassent tout à chaque manif (eux, personne ne les financent, mais ce sont des nuisibles). Et lors de votre éloquente invocation de l'Article 49 de la Constitution Grecque vous permettant de décréter l'état de siège et d'enfermer les éléments subversifs pour Haute Trahison, vous faites immédiatement interdire les partis susnommés et envoyez en taule séance tenante leurs dirigeants et le noyau dur de leurs militants. Vous êtes désormais intouchable, le Parlement ayant dans la foulée ratifié votre utilisation de l'Article, et nul ne peut désormais vous destituer, sauf le conseil d'Etat, dont bien entendu, tous les membres sont à votre botte. Ah et votre cynisme absolu vous poussera même jusqu'à enfermer les ennemis du peuple ensemble, dans des mêmes cellules, tel Commode envoyant se battre dans l'arène ses adversaires politiques. Sous les huées et crachats du peuple, ces misérables félons ne seront bientôt plus qu'un mauvais souvenirs. Mais il est désormais temps de penser à regarder hors de vos frontières.

6) Trouvez de nouveaux alliés
Ceci étant fait, et malgré les protestations de l'UE et de diverses assoces droit-de-l'hommistes criant à la dictature, vous ne déviez pas de votre route. Il est impossible de reculer, trop de chemin a été parcouru. Il est alors temps de recontacter vos camarades Poutine et Xi, désormais fascinés et aux aguets de la situation. Poutine voit notamment dans le désastre européen qui se profile l'opportunité d'en finir en Ukraine, et Xi se verrait bien récupérer une grosse part du gâteau de votre pays qui d'ici peu repartira de zéro.

Voici comment vous procédez : vous promettez à Poutine et Xi Jinping 5% de participations dans tous les services publics re-nationalisés, une exonération de droit de passage pour leurs bateaux dans vos eaux territoriales pour 25 ans, et, mieux encore, de devenir la blanchisserie de tout le fric sale de leurs régimes respectifs. Vous construirez des casinos destinés à la Haute sous leur contrôle, des agences de prêts bidons, des compagnies d'assurances douteuses, des sociétés écrans, bref, vous transformerez votre Etat en lessiveuse. Bien entendu, ce ne sera pas par bonté d'âme. En échange de vos généreux services (sur lesquels vous aurez bien entendu négocié une commission de 1% du chiffre d'affaire annuel qui ira directement sur votre compte bancaire Hong-Kongien), vous demandez l'annulation de la dette pour laquelle vous êtes encore débiteurs à leur endroit (la Chine et la Russie possèdent à elles deux environ 55 milliards d'Euros de vos titres) ainsi qu'un système complet destiné à imprimer votre nouvelle monnaie (Machine à imprimer, bons du trésor, etc) dont vous aurez besoin pour porter le dernier coup d'estocade.

Vous demandez aussi aux Chinois de vous rétrocéder la gestion du Port du Pirée, ce que vous leur proposez est bien plus avantageux, et aux russes d'indexer votre nouvelle monnaie sur la leur, avant que vous ne créiez un "nouveau Bretton Woods" où, dès que votre système sera stabilisé, vous ré-indexerez votre monnaie sur l'Or. Votre baratin et votre culot les impressionnent, mais ils sont réticents, enjeux géopolitiques oblige. Au terme d'âpres négociations, ils finissent par accepter votre plan. Vous y êtes presque, il ne reste plus qu'à en finir avec vos vieux ennemis. Entre temps, vous avez pris soin de téléphoner personnellement à Trump pour lui assurer qu'aucun intérêt américain ne sera menacé, et qu'il n'y aura aucun impact sur l'OTAN. Donald, ne pensant qu'à lui, a compris le message, et voit justement, comme Poutine, l'opportunité de tirer profit de la cacophonie ambiante.

7) Faites l'état des lieux complet et dégainez l'arme atomique
Rendez vous avec Yannis dans votre Bunker souterrain avant l'ultime sommet européen auquel vous participerez. Il vous explique comment procéder pour créer une nouvelle monnaie. Premièrement, faire l'audit complet sur la dette. Deuxièmement, évaluer le montant de la fraude commise (et par qui), troisièmement, calculer au million d'euro près la masse monétaire en circulation dans le pays, quatrièmement, calculer un an de PIB en prenant en compte ce que pourrait rapporter à l'Etat le travail au black, et puis cinquièmement, le montant total des recettes et dépenses de l'Etat sur un an. Après réflexion et analyse, vous voici arrivé au chiffre total de 1500 milliards d'euros Un an de PIB à 250 milliards, fraude à 500 milliards (dont 380 due exclusivement aux banques et à leurs crédits pourris et autres assurances vies douteuses, produits dérivés offshores et actifs toxiques), 130 milliards d'argent liquide en circulation dans le pays, 320 milliards de dette et 300 milliards de dépenses et recettes du secteur public par an (sans prendre en compte le déficit). Dès lors, vous ordonnez à votre banque centrale, dans le plus grand secret, de produire cette somme en Nouvelle Drachme grâce à vos machines russo-chinoises flambantes neuves. Imprimez la moitié en argent liquide (pièces et billets), l'autre en bons du trésor. Mettez également les réserves d'or sous scellés et envoyez l'armée protéger l'opération.

Laissez également Yannis foutre encore un peu plus la merde en créant deux nouvelles monnaies virtuelles, et mettez un milliard de titres (500 millions chacunes) en vente sur internet, à une valeur vingt fois inférieure à celle du Bitcoin, pour ne pas effrayez les éventuels acquéreurs. Pour mener à bien l'opération, vous solliciterez une nouvelle fois vos potes hackers nord-coréens, qui se chargeront de distribuer les jetons de casino virtuels à qui voudra bien les acheter. Il ne s'agira toutefois pas de blockchain (sur lesquels nous ne reviendront pas) à proprement parler, puisque votre Etat en gardera le contrôle. Vous mettez l'armée et la police en alerte, en toute discrétion. Personne ne doit se douter de rien avant le Grand Soir. Tous les décrets sont prêts, il n'y manque que votre signature. Comme vous serez absent, vous déléguez ce pouvoir à Varoufakis, après consultation obligatoire du Président de la République (qui ne peut de toutes manières pas refuser, mais nous respectons tout de même le protocole). Une semaine avant la dernière réunion au sommet, tout est désormais en place pour la Révolution !

La Chute - Acte II
La Chute - Acte II
8) Veni Vidi Vici

Le grand jour est arrivé, et vous êtes nerveux. Aussi, pour tromper le peu de vigilance qu'il reste de vos interlocuteurs à votre égard, vous vous imbibez d'alcool. Oh non, vous n'arrivez pas bourré, mais faites semblant. Vous n'avalez qu'un verre et versez quelques gouttes sur votre costume. Pas trop, sinon on vous jugera inapte à participer à la réunion. L'heure de vérité est arrivée. Mais vous n'en avez cure, vous êtes préparé à toutes les éventualités. Et puis, ainsi que le disait Solon "Mieux vaut mourir dans la gloire que vivre dans les gémonies". Vous pénétrez dans la salle. Bien entendu, vous arrivez en retard pour stresser d'avantage vos interlocuteurs. Tout le monde vous regarde, d'abord surpris, car vous n'êtes seul, sans votre habituel acolyte, et puis le Premier Ministre Espagnol à qui vous serrez la main en premier, vous dit "mais, vous êtes bourré Monsieur le Premier Ministre". Forcez alors un rire "Jokerisant" et tapez lui dans le dos avant de saluer chacun comme il se doit et d'aller vous assoir. Tout le gratin est réuni. Macron, Merkel, les 24 autres dirigeants de l'UE, Juncker, le directeur de la BCE, le président du FMI et même le représentant spécial US a fait le déplacement.  "Bien, mesdames et messieurs, nous pouvons commencer" dites-vous d'un air hautain en prenant soin de dédaigneusement dévisager une dernière ces tristes sires à qui vous préparez l'enfilade la plus humiliante de leur vie.

Vous présentez alors trois documents. Un pour Macron, un pour le FMI, le dernier pour l'envoyé américain. Signés de votre plus belle plume, ceux-ci indiquent un engagement sur l'honneur de votre part à rembourser votre dette à leur égard. Celles-ci cumulées ne représentent même pas la moitié du total de vos emprunts. Les trois premiers cités vous remercient tandis que Merkel s'interroge et vous demande pourquoi elle n'a pas reçu le document. "Sachez, Madame, que vous avez saigné mon pays, massacré mon peuple, et volé notre Etat. Et que nous sommes le seul pays d'Europe avec la Yougoslavie à ne pas avoir perçu de réparations de Guerre. Je ne vous dois plus rien, et j'ajouterai Madame, que c'est désormais vous qui êtes débiteurs à mon endroit". Assommée, la vieille chouette n'en proteste pas moins. Le président de la BCE, à sa botte, déclare "Monsieur, vous savez ce que ça signifie ? Que nous vous coupons les liquidités, ce genre d'histoire n'a absolument rien à faire dans le cadre de cette réunion". "Tout au contraire", répondez-vous, "Si ceci n'est pas respecté, je déclare officiellement mon pays en faillite, mais que mes trois débiteurs préférés se rassurent, je suis un homme de parole et mes créances à leur endroit seront honorées. Vous Monsieur, vous avez violé les traités. Comme cette ignoble et répugnante rombière que vous servez (montrez bien Merkel du doigt pour être odieux jusqu'au bout). Et en voici la preuve : vous avez fait des bénéfices sur les titres de la dette de mon pays et avez fait gonfler celle-ci en la vendant sous forme de produits dérivés dans les banques allemandes. Vous ne reverrez jamais cet argent, il n'est pas vôtre, il appartient à mon peuple". Le dirlo de la BCE ricane en disant "ah et vous allez faire comment sans euros et si votre bon peuple peut plus les utiliser, hein ?".

Eclat de rire bien gras émanant de votre bouche, vous répondez "oh Monsieur, que vous êtes naïf, sachez, ainsi disait Sun Tsu, qu'il n'est point de grande victoire sans plan de bataille à choix multiples, un classique de la philosophie Chinoise. Ah j'avais oublié de préciser que ce sont mes nouveaux partenaires". Vous sortez alors votre mallette que vous posez sur la table. Vous ouvrez celle-ci très lentement, de manière à exciter la curiosité. Vous sortez alors une liasse de billets de 100 nouvelles drachmes à l'effigie d'Aristote. "Voici, Monsieur le directeur, mon plan B". Tout le monde est scotché, vous avez osé ! Merkel se lève alors et hurle "Scheisse, ce ver de terre n'osera pas". Macron tempère et vous dit "Monsieur le Premier Ministre, je vous en prie", tandis que le dirlo de la BCE vocifère "je vous l'interdis !". Vous souriez narquoisement, et dites, "Veuillez m'excuser un instant je vous prie". Vous téléphonez à Yannis et lui dites "Allo, Yan ? Je confirme que Césarion est vivant". Derrière ce code aussi nul que ringard, vous venez de lancer l'arme nucléaire.

Vous vous levez alors et commencez votre tirade finale "Sachez, mesdames et messieurs, que mon ministre délégué Monsieur Varoufakis vient de signer les décrets non pas de nationalisation mais de Réquisition d'Etat de tous les services publics. Les biens appartenant à la République fédérale d'Allemagne sont confisqués, l'Armée est en ce moment même entrain d'investir tous les lieux stratégiques de la Grèce, et 25 000 bureaux de change viennent d'ouvrir dans le pays afin de changer votre monnaie de singe contre de vrais deniers. Mon pays est en faillite, son économie repart de zéro. Nous n'avons plus de dette, en dehors des trois créances signées de mes mains. Je rends à mon peuple ce qui lui appartient. Et vous, oui, vous tous ici, terminerez dans les poubelles de l'histoire ! Par votre félonie, votre cupidité, votre répugnante avidité. Voilà ce qui m'amène, moi, premier ministre, à prendre pareille décision. Et sachez également qu'il sera inutile de tenter d'attaquer mon pays à travers les marchés financiers. Monsieur Varoufakis vient de créer deux monnaies virtuelles équivalentes au Bitcoin pour y parer. Celles-ci ont un vingtième de la valeur du Bitcoin et vont créer une nouvelle bulle. Et en outre, à la moindre attaque, je déclare la fermeture de la bourse d'Athènes, et toute entreprise tentant de s'expatrier fiscalement sera nationalisée immédiatement par l'Etat". Puis vous fixez Merkel d'un regard digne de Jack Nicholson dans Shining avant de vous approcher d'elle et de lui attraper le bras pour lui dire une dernière fois "Madame, si vous voulez récupérer le fruit de votre vol, il faudra nous passer par les armes. Venez nous prendre !". Tout le monde est abasourdi, comme si la montagne de fric sur laquelle leurs culs étaient scotchés s'écroulait sous leurs pieds.


À nouveau, vous éclatez de rire. Et n'oubliez pas, bien sûr, de mentionner qu'en cas d'embargo, votre espace maritime et aérien sera fermé sans autre forme de procès, obligeant tout avion ou cargo à entrer dans les eaux territoriales ou l'espace aérien de la Libye. (En sous-main, vous n'hésiterez pas à financer les pirates afin que les incidents se multiplient). "Mesdames et Messieurs, je vous dis adieu, ou plutôt, à bientôt, dans l'un de nos casinos 5 étoiles. Vos euros y seront toujours les bienvenus". Macron, vraisemblablement nouveau leader de l'UE après l'humiliation que vous avez infligé à Merkel, tente alors de trouver un compromis : l'UE accepte votre sortie de l'Euro et même l'annulation votre créance envers l'Allemagne, à condition que vous enleviez les scellés sur les capitaux allemands présents dans votre pays. Vous dites "très bien, je ne confisque pas les bons du trésor ni les capitaux, mais les aéroports et les 2 chantiers navals du Pirée détenus par sont réquisitionnés par l'Etat. Macron se concerte avec le directeur de la BCE, devant une Merkel médusée. "C'est d'accord, Monsieur le Premier Ministre". Vous saluez vos hôtes et repartez. Ce qu'ils ignorent, c'est que la conversation a été enregistrée par un micro dissimulé et diffusée simultanément sur toutes les radios grecques avec un interprète traduisant fidèlement à la populace votre verbe si éloquent. Vous sortez et remontez dans votre avion. À votre arrivée, le Peuple qui vous aime tant vous offre le triomphe dont seul Alexandre lui-même aurait pu rêver. Vous faites une autre intervention télévisée, et expliquez que vous allez faire valider l'accord par référendum. Celui-ci, organisé 15 jours plus tard, est un succès total : 90% de participation pour 92% de "Oui". Un score digne d'une présidentielle africaine, et pourtant, rien ne fut plus honnête que ce scrutin. Enfin presque, vous n'avez pas pu résister à la tentation de bourrer quelques urnes ici ou là pour être sûr de passer la barre des 90%. Mais comme disait Omar Bongo "où irait le Monde si on ne pouvait même pas truquer les élections ?". Qu'importe. Vous vous en branlez. Vous êtes désormais un personnage historique, une légende, un mythe, un demi-dieu.

Et un an plus tard, se produit un miracle que même vos prévisions les plus optimistes n'osaient espérer ! Le PIB a cru de 20% en 6 mois, le chômage est passé de 30 à 11% et les investisseurs affluent, attirés par votre système d'économie mixte (grosses taxes sur les grands groupes, secteur public très fort et PME à peine taxées) et votre zone économique exclusive enfin revendiquée rapporte des milliards d'euros de droits de passages par an à l'Etat. Les touristes reviennent et vos citoyens se font une fait une joie de goûter à nouveau à la liberté.

Aujourd'hui, de multiples possibilités s'offrent désormais à vous : rester au pouvoir et durer ? Changer les institutions pour vous tailler une Constitution sur mesure tel De Gaulle en 58 ? Accomplir enfin le rêve de tous les Grecs en réalisant l'Enosis avec Chypre ? Ou alors, vous retirer dans un petit paradis fiscal et profiter de vos royalties, ou même encore prendre votre revanche sur les turcs, qui entre temps ont été exclus de l'OTAN pour génocide contre les Kurdes ? Qu'importe, votre avenir à choix multiple n'intéresse personne.

À vous de voir si vous voulez terminer comme Léonidas mort en héros, Justinien mort de la chtouille après des années de souffrance, Lucius Verus, mort alcoolique ou même comme Plutarque, mort d'on ne sait quoi, pour écrire vos mémoires et distiller votre venin sur vos successeurs. Vous avez le choix, et déciderez, nos lecteurs n'en ont rien à faire.

Mais vos Gens, qui n'auront de cesse d'honorer vos héroïques actes accomplis pour leur seule grandeur et celle de leur Mère Patrie ancreront à jamais dans votre mémoire d'immenses et glorieux souvenirs. Et ceux-ci, tel Néron, vous feront dire sur votre lit de mort  "Oh quel grand Artiste périt avec moi !".

Lundi 5 Février 2018
Lu 1204 fois


Commentaires des lecteurs

1.Posté par Le Grand MERLU, LE VRAI, L'UNIQUE. le 06/02/2018 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai pas lu, trop la flegme.

Quand j'aurais du temps à perdre peut être, je reviendrais, pour pourfendre ce pitre de Biteman.

Quel guignol celui là, il doit ressembler à Nigel Farage.
Ce Donald Duck qui faisait campagne pour le Brexit, et ... se retrouve ... dans la merde.

Sa femme l'a quitté, le Brexshit n'avance pas, l'économie brit s'enlise, la Finance quitte Londres ... on dirait des Grecs.

Le Brexshit, ou comment se tirer une balle dans le pied.

2.Posté par Alain BITEMAN le 06/02/2018 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Y'a pas que la finance Merlan, et j'explique justement comment diversifier l'économie, et sortir de l'Euro sans avoir mal au cul.

Quant à la GB, qui a des territoires et dépendances partout (dont les 3/4 sont des paradis fiscaux), t'inquiètes pas pour eux.

Ils sont toujours devant nous.

3.Posté par Elie DE LA BONNE MOULE le 06/02/2018 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Semoule
très interessant et bien travaillé et argumenté (rare sur ce support).
Si je n'ai qu'un bémol à apporter, ce serait de rappeler que lorsque l'on je joue pas le jeu des puissants, ils vous "sortent", d'une manière ou d'une autre, en allant jusqu'à l'assassinat si il le faut.
Il faut voir l'UE comme une multinationale, et si vous êtes directeur d'un site et que vous êtes pas dans la politique d'entreprise, on vous dégage !
Enfin les idées avancées restent séduisantes. Etrangement j'ai eu le sentiment pendant la lecture que je verrai bien un Melenchon s'y prendre comme ça, mais je ne sais pas pourquoi.

4.Posté par Alain BITEMAN le 06/02/2018 20:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Semoule : Merci ! Oui ça m'a demandé du boulot cet article, d'où le pavé.

Par contre, quand quelqu'un devient trop populaire, je crois pas du tout aux assassinats, car d'une part c'est contre-productif (le type devient martyr), et d'autre part, c'est beaucoup plus simple de traîner quelqu'un dans la merde avec des dossiers (même bidons) que de monter une opération pareille. Par exemple pour Kennedy, moi je crois à la thèse du procureur Garrison qui disait (dans le film de Stone ils en ont largement rajouté) que c'était une vengeance des anti-castristes avec la complicité de la Mafia. Et qu'en haut-lieu, ils ont laissé faire.

À l'époque, Hoover ou la CIA en savait assez sur lui et sa famille (surtout Robert d'ailleurs) pour le faire destituer (élections truquées dans le Texas, magouilles avec les anciens nazis, etc). Comme quand on disait que Boulin s'était fait descendre par le SAC. Moi j'y crois pas du tout pour la simple et bonne raison que le financement illégal des partis politiques, tout le monde était au courant et Bongo lui-même s'en ventait.

Et les idées, oui, c'est sûr qu'elles mériteraient d'être appliquées. Mais je vois pas du tout Mélenchon faire ça : comme il est internationaliste, il terminera comme Tsipras pour ne pas rester dans l'histoire comme le fossoyeur de l'UE de la paix (sic). Philippot par contre aurait pas ce genre de scrupules.

C'est d'ailleurs là qu'on se rend compte de la nullité du FN. Florian était le seul à avoir lu les traités et si Marine au lieu de faire la poissonnière avait parlé de ça à Macron, il était KO au premier round.

5.Posté par Marcel DUCON le 06/02/2018 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellente nouvelle de politique-fiction. Ca aurait cartonné dans le Charlie-Hebdo des annés 90 quand Val était encore souverainiste.

6.Posté par Alain BITEMAN le 06/02/2018 21:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Copter : Merci ! Mais j'ai pas souvenir d'un Val souverainiste. Je me souviens des unes de la Grosse Bertha, toutes les semaines c'était sur la Bosnie et ils avaient même fait une liste aux élections européennes "L'Europe à Sarajevo" ou un truc du genre.

Faudrait que tu me repasses les archives ;)

7.Posté par Marcel DUCON le 06/02/2018 22:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ben au début Val enculait les amerloques avec sa grosse bite de pédé mais il a fini par tourner le cul et sucer l'OTAN avec sa grosse mâchoire de pédé.

8.Posté par Elie DE LA BONNE MOULE le 07/02/2018 01:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Semoule
Je mise pour un scénario grec en France, d'abord des technocrates euro-SM corrompus qui vont foutre à plat le pays, genre Macron, puis un pseudo sursaut gauchiste sauce Melenchon,avec peut etre un ptit aperçu Trumpo Lepeniste fiasco destitution, puis plus rien, faillite on remballe tout, Deutschland Uber Alles.
Après ce sera le tour des allemands et des chinois. Enfin il restera la finance et les lotissements sécurisés.
Avec un peu de chance on aura toujours un accès web.

9.Posté par Elie DE LA BONNE MOULE le 07/02/2018 01:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Semoule
Il faudrait aussi appliquer une approche situationiste pour tuer l'Europe.
Dans un premier temps il faudrait que tout le monde achete tout allemand.
Vraiment tout.
Cela precipiterait les choses et on pourrait de nouveau légitimement annexer la Bavière, la Ruhr et le Bade Wurtemberg.
Car si on réfléchit bien, les allemands c'est les futurs perdants de tout, ils n'ont ni une langue parlée ailleurs, ni un passé et des leviers coloniaux, aucune légitimité historique, aucune marge de manoeuvre militaire, un peuple en voie de disparition, un pays sans tourisme, aucun aura international en dehors de la bagnole et du foot, une immigration et un conflit ethnique couvant, un systeme politique amorphisant, des bases américaines partout, une industrie indexée à 15% à l'automobile et tout ce qu'elle draine sur sa chaine de montage et d'approvisionement, outils compris, bref un truc qui passera pas l'an 2100....et un peuple arrieré culturellement et très volkish qui fonctionne au sifflet et qui aime bien enfiler les bottes derriere le Guide...bref tout ca pour dire que les américains et les anglais ne pourraient que miser sur le mauvais cheval si ils étaient pas bêtes..et j'ai l'impression que le cheval boiteux est allemand ah ah . L'italie devrait passer dans la moulinette rapidement aussi. Culturellement ils avancent leurs pions par ancienneté civilisationnelle. D'abord les grecs, puis les romains, au passage les arabo espingouins, ensuite les carolingiens puis les austro hongrois. Après ils iront s'occuper des rizieres et des baobabs, mais là c'est du easy cake ils vont juste reprendre ce qu'ils leurs ont mis dans les mains.

10.Posté par Elie DE LA BONNE MOULE le 07/02/2018 01:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Semoule
Personnellement je m'en remets à la Sainte Russie poutinienne d'Israel du KGB. Mais sans convictions.

11.Posté par Alain BITEMAN le 07/02/2018 01:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bah je pense que si c'est Le Pen ou Mélenchon le sursaut on est foutu. Le Pen parce que c'est une inculte doublée d'une illettrée (elle avait 5 ANS pour lire UN putain de bouquin quoi !). Si c'est Mélenchon, avec sa 6e république et son internationalisme, il se couchera comme Tsipras.

Acheter tout allemand, pourquoi pas ? Mais, eux, ils ont des lois très sévères sur l'immobilier : on peut pas acheter comme ça des baraques, encore moins des châteaux, quand en Grèce ou en Espagne, et même aujourd'hui à Paris, tu te retrouves avec une bulle immobilière.

Le problème, c'est qu'on aurait jamais dû accepter la réunification.avec ces conditions : on a annulé les dettes de la RDA, et on a accepté qu'ils se remilitarisent. Ça pue comme en 14. Mais sinon, je suis d'accord, la culture germanique est assez limitée géographiquement. Leur philosophie déterministe fait que dès qu'on réfléchit aux "grandes questions" on l'a toujours dans le cul. En bref, un crypto-nihilisme voué à l'échec.

C'est pour ça que les sociologues français l'ont dans le cul aujourd'hui : ils n'osent pas le dire mais ce sont des gros Hégeliens honteux qui utilisent juste le prisme social. Tout ça est voué à se casser la gueule de l'intérieur, c'est trop incohérent.

Alors certes, les schleus font encore de bonnes bagnoles et de bons produits électroniques, mais qu'est-ce qu'il se passera quand les chinois feront mieux pour moins cher ?

Sinon moi je vois pas trop les italiens passer à la moulinette, du moins pour l'instant. La seule raison pour laquelle l'Allemagne (qui n'a jamais été vraiment un état finalement) ne s'écroule pas, alors que leurs comptes publics sont encore plus pourris que les nôtres mais planqués, c'est comme tu disais, les bases américaines qui pullulent toujours outre-Rhin.

Donc oui, Gloire à la Sainte-Russie ! Et oui à l'annexion de la Saxe, de la Rhénanie et de la Bavière ! (Auxquelles on peut rajouter la Wallonie, le Val d'Aoste et la Navarre).

12.Posté par Le Grand MERLU, LE VRAI, L'UNIQUE. le 07/02/2018 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'étais en train de lire les nouvelles éco, et j'ai pensé à la Bite qui rêve de déboulonner l'Europe avec les Grecs. En attendant, mettez vous ça dans l'fion :

https://www.msn.com/fr-fr/finance/actualite/lue-relève-nettement-ses-prévisions-de-croissance-pour-la-france/ar-BBIOaI6?li=AA4WUr&ocid=spartandhp

Je n'ai toujours pas lu le texto là haut, Je ne sais pas si je le ferais un jour ... pas grave !

13.Posté par Le Grand MERLU, LE VRAI, L'UNIQUE. le 14/02/2018 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tain, j'arrives pas à lire la Grosse Bite,

Trop brouillon; plein de prétention, ça sent la prose juive a donf ...

Même avec une bouteille de Gamay, ... y a pas moyen.

Fuck !!!

14.Posté par Philippe GLANDU le 18/02/2018 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

scharlys
hé merlu si t arrive pas a lire c'est qu'il te faut non pas des lunettes mais a ton stade c'est un chien qu il te faut....

15.Posté par Alain BITEMAN le 19/02/2018 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En fait, c’est pas que Merlu n’arrive pas à lire, c’est qu’il ne comprend pas ce qui est écrit.

Donc à la place, il insulte et spamme avec des liens bidons renvoyant sur MSN actu, qui ne font que réécrire des dépêches AFP. C’est dire le niveau...

16.Posté par Le Grand MERLU, LE VRAI, L'UNIQUE. le 01/03/2018 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Un grec qui rêve de désarticuler l'Europe, et de voir l'Allemagne à genoux ... n'importe quoi ...

Les grecs devraient déjà s'occuper de sortir leur pays de la merde ... avant de s'occuper d'Europe.

17.Posté par Alain BITEMAN le 01/03/2018 21:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon ben je vois que t'as toujours pas lu parce que j'explique comment tout est lié et quels sont les leviers dont dispose la Grèce (et ils impliquent des enjeux géopolitiques bien plus forts que la Pologne ou la Hongrie).

Mon pauvre Merlan t'es pathétique ! Comme t'as aucun argument pour démontrer le contraire de ce que j'écris, tu viens m'insulter en balançant des tartes à la crème (ou plutôt à la merde) qui ne font pas avancer le débat.

On a l'habitude. Retourne écouter RMC, ça sera plus en adéquation avec ton niveau de compréhension. Et grâce à Brunet, tu comprendras même que la fin du monde sera de la faute des cheminots et des fonctionnaires territoriaux.

Nouveau commentaire :
Alors ma couille, toi aussi tu veux commenter et donner ton opinion sur cet article ? O.k, vas-y, mais sois bien conscient du fait que nos amis de la DCRI lisent tout ce qui se passe ici et que des propos inconsidérés de ta part, ou enfreignant les lois de la soft dictature française, pourraient te valoir un débarquement de volatiles bleus chez toi à 6 heures du matin suivi d'un placement en GAV. Prêt à assumer ? Vas-y !

Papiers poujadistes | Papiers progressistes | Les solutions simples de L'Organe




Dans le forum

DES NOUVELLES DE KANIX

Le forum pourri - Lundi 18 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE RORO

Le forum pourri - Lundi 18 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE HALBJUDE

Le forum pourri - Lundi 18 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE BENSTIN

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE FENRIR

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE KOBA

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES D ANTARES ET SUPREM

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES D ARISTO

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE SISTA POPIE TOUSSA

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE BOLLOCKS

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE RANCIORAN

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE MONSTRO

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE L ORGUL

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE BOB

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE ROUDOLPHE FESSES

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

DES NOUVELLES DE RAUM GYTRACHE

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

ACH !

Le forum pourri - Dimanche 17 Juin - Francis Ulcère

LETTRE OUVERTE AUX CULS BENIS

Le forum pourri - Mardi 12 Juin - Marcel Ducon



Balancez à L'Organe !

LE COIN DU CITOYEN MODELE

L'Organe vous révolte, vous répugne, vous révulse ?
Comment tant d'abjection est-elle possible sur un seul site ?
Comme vos ancêtres pendant la guerre, soyez de Bons et Gentils Citoyens:

Dénoncez L'Organe à la Kommandantür !
--> Etape 1
Choisissez la Gentille Association qui va vous soutenir dans votre combat contre les Méchants Articles de l'Organe:
 
•LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme)
kommandantür
@licra.org
SOS RACISME
kommandantür
@sos-racisme.org
MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples)
kommandantür
@mrap.org
UEJF (Union des Etudiants Juifs de France)
kommandantür
@uejf.org
CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France)
kommandantür
@crif.org

LDJ (Ligue de Défense Juive, ne pas confondre avec FDJ=Française des Jeux)
kommandantür
@ldj.org

HALDE (Haute Hautorité de Lutte contre les Discriminations)
kommandantür
@halde.org
CHIENNES DE GARDE (Crimes contre le Féminisme)
kommandantür
@cdg.org
SOS HOMOPHOBIE
(Crimes contre l'Homosexualité)
kommandantür
@soshomo.org
CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires)
kommandantür
@lecran.org
CRAB (Conseil Représentatif des Associations Blanches - ex Ku Klux Klan de France)
kommandantür
@crab.org
 
--> Etape 2
Choisissez une société de Crédit afin de provisionner les honoraires des Gentils Avocats qui vont s'emparer de votre cause et la défendre avec le talent et l'éloquence qui les caractérisent jusque sur les plateaux de télévision.
(prévoir un financement de 10 à 30.000€ selon la complexité du dossier et l'ampleur de votre haine contre L'Organe)
établissements conseillés:
Cetelem - Cofinoga

 

Vous voilà paré à faire votre devoir de citoyen modèle ! Bonne chance dans votre juste combat, et à bientôt !


Flux RSS